J’ai toujours ADORE la papeterie en général, les carnets en particulier.

Pendant mon arrêt, grâce à mon amie Hélène, j’ai appris qu’on pouvait déborder de la page, qu’on avait le droit de coller de travers, de ne pas écrire sur les lignes, de ne pas découper parfaitement, qu’on avait le droit de sortir du cadre…

J’en ai fait pas mal. Je me suis fait des bullet journal/aux quand ce n’était pas encore la mode, quand on ne trouvait pas les carnets pointés à tous les coins de rue, quand il n’y avait que quelques rares blogs français qui en parlaient et celui de son inventeur.

Ils m’ont beaucoup aidée à rester ancrée aux choses concrêtes de la vie quand tout me semblait insurmontable, y compris faire une liste de courses. J’ai adoré les faire.

Et puis à la fin de l’été dernier, décision était prise que nous devions faire quelques travaux à la maison, pour que les filles aient chacune leur chambre et que nous ne nous retrouviions pas à dormir sur le canapé dans le salon (Ô joie des appartements parisiens, tellement petits et si ridiculement chers…). Qui dit travaux, dit cartons, dit tri, dit poubelle.

Tous ces carnets écrits, remplis pendant ces un peu plus de trois ans étaient rassemblés dans un panier que j’avais descendu à la cave. Je ne voulais plus les voir dans mon bureau, je ne voulais plus les lire, les regarder. Pourtant ils étaient beaux… Et pour ces travaux, on a aussi dû vider la cave de quinze années d’empilements divers et variés (OMG le nombre de cochonneries et de trucs qui ne servent à rien avons-nous jetés…).

J’ai remonté le panier et dans un accès de rangement, vidage ( ?? ça se dit), d’envie de passer à autre chose, je les ai attrapés et mis au vide-ordures…

Alors que dire, quelques mois après ???... Que je regrette ?? Je ne sais pas. Sur le moment c’était assez ambivalent. J’étais prête à aller les rechercher dans les grandes poubelles au sous-sol. Et puis je me disais en même temps que non, c’était bien comme ça.

Aujourd’hui je mentirais si je disais que je ne regrette pas au moins un peu. Je me dis que c’était une partie de ma vie, mais j’en avais tellement bavé… Parfois je me dis que je vais descendre au sous-sol, qu’ils sont toujours dans la benne…

Ce n’est pas grave… Mais je pense, que je réfléchirai un peu plus maintenant avant de me débarrasser de choses qui m’encombrent. C’est même curieux, moi qui ne JETTE quasiment rien de mes souvenirs. J’ai toujours les cartes postales et les lettres écrites par mes parents, mes grands-parents, mes cousines, mes copines, mes copains, mes petits-copains, mon journal fait en Allemagne, mon journal fait aux Etats-Unis, des crayons de couleur achetés par ma mamie quand j’étais petite, les photos d’identité faites à 4 ou 5 dans les photomatons avec les copines du lycée, mon Alf qui s’accroche au doigt…

Mais ces carnets il a fallu que je les bazarde… Cela a très certainement une signification, bien évidemment…

Le seul rescapé du vide-ordure, c’est le carnet rapporté des US par ma cousine Marikilouch, avec une citation de Thoreau en couverture. C’est le seul et unique, pourtant lui aussi commencé pendant CA… Là aussi il doit bien y avoir une raison…

J’en ai commencé d’autres. Je ne fais plus de bullet journal. Un jour il m’a étouffée ce bullet journal, trop contraignant, trop dans les cadres. J’avais besoin de liberté, de souffle et le bullet m’enfermait dans tout ce que je ne voulais plus. Mais cela ne m’empêche pas d’admirer ceux que je vois sur internet.

A la place, j’en suis à mon troisième Moleskine daily diary une page par jour. J’y colle tout ce que j’aime, sans me préoccuper des lignes ;)… J’y écris des citations, des phrases écrites par d’autres et qui me touchent particulièrement (je suis d’ailleurs particulièrement sensible à tout ce qu’écrit @peaceandbliss sur IG). Je me suis également offert des calendriers (celui de Flow dans le magazine Flow, celui de Flow sur leur site internet et 2 autres dont je n’ai pas les références avec moi mais que je pourrai donner si besoin), que je découpe, et colle dans mon daily diary. J’essaie de les coller à la date indiquée. J’y colle aussi des emballages de sachets de thé que j’ai pu boire à une occasion particulière. Enfin tout un tas de trucs… Et tout ce tas de trucs me fait un bien fou.

Voilà, voilà…

Hier, chez Cultura j’ai même acheté mon agenda pour l’école pour la prochaine rentrée scolaire ;))))))… C’est le planner Histoire d’écrire, sans date que l’on démarre quand on le souhaite…

Tiens j’ai d’ailleurs aussi préparé toute ma programmation lecture pour la rentrée un dimanche où j’avais besoin de me calmer…

On ne se refait pas.

Ah et pour celles qui sont intéressées, je vous conseille vivement le blog de troisfillesautrement. J’ai commandé la version PDF de leur planificateur trop bien fait pour ma prochaine rentrée (5 dollars canadiens reversés à une association). Elles ont aussi les feuilles de planification hebdomadaires géniales, qui elles sont gratuites.

Voilà, j’aime bien un cadre mais j’aime reprendre ma liberté.

20180426_110819_resized

20180426_104203_resized

20180426_104222_resized

20180426_104235_resized

20180426_104244_resized

20180426_104148

20180426_104133

20180426_104322_resized