*le déchirement en morceaux (mot trouvé dans "Solitude face à la mer" d'Anne Lindbergh).

 

"Il y a là un curieux paradoxe. Son instinct pousse la femme à donner et pourtant elle est irritée de se donner ainsi par bribes. (...) Chacun, mais surtout chaque femme, devrait réserver à la solitude une partie de l'année, de la semaine, de la journée. (...) Les mères de familles, les ménagères sont les seuls travailleurs à ne pas bénéficier de congés réguliers. Elles forment la grande classe des "sans vacances". (...) Mais si vous dîtes : "Non, je regrette, c'est mon heure de solitude", on vous taxera de mauvaise éducation, de narcissisme, de bizarrerie. (...) Et pourtant, les heures de solitude comptent parmi les plus importantes de la vie. (...) C'est dans la solitude que des femmes peuvent retrouver l'essence véritable de leur être. (...) Disposant de plus de temps libre, nous l'employons plus souvent à épuiser nos réserves qu'à les renouveler."*

*Solitude face à la mer, Anne Lindbergh, écrit dans les années 50...

 

A suivre...IMG_8431