photo-4

Voilà un livre que j'ai couru acheter chez mon libraire préféré après une conversation téléphonique avec Marikilouch (elle en parle ) ma cousine.

Harry Quebert, prof de fac, auteur "DU roman" de la seconde moitié du vingtième siècle aux Etats-Unis et mentor de Marcus Goldman (son ancien étudiant) lui-même écrivain à succès, se voit accusé du meurtre de la jeune Nola Kellergan (son corps est retrouvé dans le jardin d'Harry, quarante ans après sa disparition inexpliquée).

Quebert est alors jeté en pâture à la presse, son oeuvre et sa carrière sont détruites.

Dès lors Marcus, va mener son enquête pour innocenter son ami...

Plus de 650 pages pour ce roman.

Un "page-turner" comme dirait Anne.

J'ai lu les 300 premières pages très rapidement, mais comme je n'avais pas envie de le finir trop vite, je l'ai laissé de côté quelques jours pour le reprendre activement en fin de semaine dernière.

Un livre formidable, très bien écrit, une réflexion sur notre rapport aux livres, au marketing, aux médias.

Une enquête.

De l'humour aussi. La mère de Marcus est assez terrible dans son style...

Et puis surtout, les 150 dernières pages pendant lesquelles il est ABSOLUMENT IMPOSSIBLE de fermer le livre.

Les 150 dernières pages incroyables, tellement incroyables que j'ai relu la dernière pas plusieurs fois...

Alors, si vous avez quelques euros devant vous, offrez-le vous !