Un mois de mars à l'actualité épouvantable je trouve.

Un mois de mars qui continue bien mal aussi autour de moi.

Depuis lundi nous suivons d'heure en heure le calvaire de ma collègue et amie qui est en train de dire aurevoir à son mari...

Tout est allé si vite.

Lundi un malaise dans la rue, mardi les hématomes et la perte de mémoire, jeudi le coma, jeudi après-midi les séquelles cérébrales irréversibles, vendredi matin le coma irréversible, cet après-midi plus d'assistance respiratoire...

Dans ces moments que dire, que faire pour l'aider et la soutenir.

Nous ne l'avons pas revue depuis lundi soir. 

Nous ne savons pas quand nous la reverrons.

Ce soir je pense à elle, à son fils et à son mari.

Ils sont fusionnels depuis leurs dix-sept ans. Il a l'âge de ma maman...

Quelle tristesse...

Quel mois de mars... vite avril...

bougie